Arrêtez d’utiliser ces sèche-mains!

Il paraitrait que l’hygiène d’une toilette publique peut être jugée par l’état de ses sèche-mains. D’après une étude sur la dispersion des virus, il semblerait que l’apparence des sèche-mains ne soit pas un critère suffisant.

L’étude a été publiée plus tôt cette année dans le « Journal of Applied Microbiology » et a aussitôt ravivé le feu d’une rivalité de longue date entre Dyson et les fabricants de serviettes en papier. La recherche a porté sur la dispersion du virus via trois méthodes différentes de lavage des mains: serviettes en papier, sèche-linge « air chaud » classiques, et un « jet dryer» tels que le Dyson Airblade.

Les résultats de l’étude ont montré que les modèles de type Airblade diffusaient 1300 fois plus d’unités virales que les classiques serviettes en papier. Par rapport aux séchoirs « air chaud », les modèles Airblade propagent 60 fois la quantité initiale. Les scientifiques qui ont réalisé l’étude ont également constaté que les séchoirs à jet peuvent diffuser les virus jusqu’à 3 mètres de distance, tandis que les séchoirs à air chaud standard diffusent jusqu’à maximum  75 centimètres, et les serviettes de toilette en papier jusqu’à seulement 25 centimètres.

Le modèle Dyson Airblade a été retenu pour la couverture médiatique de l’étude en raison de son image de marque comme étant «le plus rapide sèche-mains hygiénique ». La société technologique britannique a cependant remis en question certaines des méthodes utilisées dans l’étude.

Il a été demandé aux participants à l’étude de porter des gants et de se laver les mains dans une suspension de virus. Ils ont ensuite été invités à se sécher les mains en utilisant l’une des trois méthodes de séchage. Dyson a souligné que l’étude utilisait est une concentration anormalement élevée de virus, car normalement une personne utilise le sèche-mains après s’être lavé les mains avec de l’eau et du savon.

En outre, la société Dyson soupçonne qu’il pourrait s’agir d’une attaque provenant de ses concurrents. Un porte-parole  de Dyson a indiqué au journal The Independent: « L’industrie de la serviette en papier a adopté ce ton alarmiste et utilise ce type de recherche depuis plusieurs années déjà. ».

Le porte-parole a de plus ajouté : « cette étude a été réalisée dans des conditions artificielles, en utilisant des niveaux anormalement élevés de contamination de virus sur des mains gantées et non lavées. »

Il est bien évidemment utile de prendre les résultats de cette étude avec des pincettes. En admettant que vos mains soient propres (c’est-à-dire lavées correctement),  il est alors peu probable que vous tombiez malade à cause d’un nuage de virus parcourant votre salle de bains.

Arrêtez d’utiliser ces sèche-mains!

Ecrit par Bienfaits Nature Temps de lecture: 2 min